Comment repérer un faux document ?

Comment repérer un faux document ?

Les faux documents envahissent tous les domaines d’activités humaines et touchent de plus en plus de collectifs et de particuliers.

 

L’accès au numérique, aux systèmes d’impression bon marché et aux outils de traitement d’images permet à n’importe qui de fabriquer un faux et de manipuler un vrai à volonté, avec plus ou moins de succès.

 

L’article 441.1 du Code pénal défini le faux et l’usage d’un faux comme toute altération frauduleuse de la vérité, de nature à causer un préjudice et accomplie, par quelque moyen que ce soit, dans un écrit ou tout autre support d'expression de la pensée qui a pour objet ou qui peut avoir pour effet d'établir la preuve d'un droit ou d'un fait ayant des conséquences juridiques.

 

Mais un document peut être altéré ou crée à neuf sur papier ou au format numérique, ce qui nécessite souvent le concours de compétences bien particulières pour les déceler.

 

Dans le cadre d’une falsification numérique, on fait appel des informaticiens.

 

Lorsqu’un document physique est à l’origine de la falsification, même s’il a été numérisé par la suite, c’est l’expert judiciaire en écritures et documents le plus compétent, habituellement appelé expert graphologue, puisqu’il s’agit d’un technicien normalement formé aux nouvelles technologies de falsification et de contrefaçon de documents.

 

Par ailleurs, il est formé aussi au niveau graphologique, devenant l’expert compétent dans le cadre d’une éventuelle authentification de graphies.

LFD Criminalistique, experts en faux documents.

LFD Criminalistique, experts en faux documents.

Nul n’est à l’abri d’une arnaque aux faux documents, étant l’activité criminelle la plus répandue, simple d’exécution, ainsi que l’une des moins onéreuses, car il suffit d’en avoir un stylo à bille ou un ordinateur et une imprimante multifonction pour être en mesure de manipuler, même de refaire à neuf n’importe quel document.

 

En pleine ère technologique, de dématérialisation de procédures, d’abandon des dossier physiques en papier, les escrocs ont développé une toute nouvelle gamme d’astuces pour atteindre leur but au moindre coût, tout en profitant de la naïveté des victimes, des citoyens honnêtes et confiants.

 

Ainsi, on voit au quotidien des transmissions frauduleuses de véhicules, portant les signatures imitées des vendeurs, qui perdent de cette manière leurs propriétés, des crédits contractés en ligne, avec la signature imitée des emprunteurs ou des co-emprunteurs, qui seront ainsi obligés de rembourser le montant emprunté, ou les faux dossiers montés de toute pièce pour accéder frauduleusement à une location ou un achat financé.

 

Les victimes doivent alors porter plainte et prouver leur innocence pour stopper les escrocs et se faire restituer de leurs biens et leurs droits.

 

Le seul élément de preuve passe forcément par solliciter une expertise en écritures et documents, plus connue en tant qu’expertise graphologique, dans le but de prouver aux autorités qu’on est la victime et pas l’auteur matériel des faits.

 

Pour en savoir plus, visitez notre site : https://criminalistique.fr