Comment trouver un Gynécologue à Genève ?

Comment trouver un Gynécologue à Genève ?

L'examen gynécologique est un moment fondamental dans la vie de chaque femme.

La première visite chez le gynécologue peut être embarrassante et effrayante, mais en réalité elle doit être abordée en toute sérénité. En effet, il vous permet de vérifier l'état de santé de l'appareil génital féminin de manière simple, sûre et indolore.

La visite ne doit pas être considérée uniquement comme un moment pour prévenir ou résoudre un problème. La visite chez le gynécologue est également une occasion importante de parler des problèmes liés à la sphère sexuelle et reproductive à un expert capable de donner les bons conseils.

 
QUI EST LE GYNÉCOLOGUE

Le gynécologue est un médecin spécialisé qui s'occupe de la santé des organes génitaux féminins.

En effet, il évalue s'il existe des troubles liés aux organes génitaux externes, vagin et vulve, et aux organes génitaux internes, utérus et ovaires. Il vérifie également les seins.

Le gynécologue s'occupe de

    le diagnostic et le traitement des irrégularités du cycle menstruel
    diagnostic et traitement des troubles vaginaux
    diagnostic et traitement des infections vaginales
    examen des seins

En outre

    offre des conseils sur l'utilisation de contraceptifs pour éviter les grossesses non désirées.
    aide le couple à faire face et à résoudre les problèmes de fertilité
    donne des conseils sur la manière de prévenir le risque de contracter des maladies sexuellement transmissibles.
    répond à toutes les questions que vous pouvez vous poser sur votre sphère intime et sexuelle.

 

Le gynécologue est donc une figure de référence pour chaque femme, depuis le début de sa vie d'enfant jusqu'à la ménopause et au-delà.

Vous pouvez vous adresser à lui non seulement en présence de troubles qui peuvent être temporaires et légers ou plus graves, mais aussi pour aborder la sexualité de manière informée et sereine.

 

 

QUAND EFFECTUER LE PREMIER EXAMEN GYNÉCOLOGIQUE ?

Il n'y a pas d'âge fixe pour subir le premier examen gynécologique.

Idéalement, en l'absence de troubles spécifiques, le premier examen devrait avoir lieu après le premier rapport sexuel.

Même si vous êtes sûre de ne pas être enceinte ou de ne pas avoir de problèmes, il est conseillé de faire contrôler vos organes génitaux, externes et internes, afin d'éviter tout problème futur.

 
AVANT LE DÉBUT DE L'ACTIVITÉ SEXUELLE
ÂGE DE L'ADOLESCENT

En présence de troubles, une jeune fille peut consulter le gynécologue avant même le début de l'activité sexuelle.

Les raisons courantes pour lesquelles de nombreuses jeunes filles consultent un gynécologue avant même d'avoir des rapports sexuels sont de fortes douleurs menstruelles et l'irrégularité du cycle. Ces problèmes doivent être traités immédiatement pour éviter qu'ils ne réduisent la qualité de vie de la femme pendant plusieurs jours chaque mois et pour éviter qu'ils ne s'aggravent à l'avenir.

Certains parents décident d'accompagner leurs filles chez le gynécologue après la ménarche, c'est-à-dire après l'apparition du premier cycle menstruel, également simplement pour sensibiliser et éduquer les filles sur les aspects fondamentaux de la vie sexuelle et reproductive ou pour prévenir les problèmes de nature inflammatoire, qui peuvent affecter les filles dans la phase d'adolescence.

À cette période, en effet, les défenses immunitaires de la zone génitale sont plus faibles qu'à l'âge adulte : des altérations du degré d'acidité de la zone vaginale et des allergies aux produits de toilette intime peuvent en être la cause.

Une jeune fille, qui n'a pas encore eu de rapports sexuels, ne doit pas craindre le premier examen gynécologique, tout comme une femme adulte.

L'examen est absolument indolore et peut être réalisé sans échographie interne, qui n'est jamais douloureuse. Si une exploration vaginale est nécessaire, il ne faut pas avoir peur. Le gynécologue a à sa disposition des instruments adaptés aux jeunes, qui ne provoquent pas de douleur et laissent l'hymen intact.

Une jeune fille peut donc se rendre chez le gynécologue à tout moment, même si elle n'a pas encore eu de rapports sexuels.
 
JEUNE AGE

Une puberté précoce ou des symptômes inhabituels, tels que des pertes vaginales anormales ou des douleurs pelviennes qui ne sont pas dues à des problèmes intestinaux ou urinaires, peuvent rendre nécessaire la consultation d'un gynécologue vers l'âge de 10 ans ou plus tôt.

Le gynécologue est capable de mettre l'enfant à l'aise, établissant ainsi une relation de confiance qui pourra se poursuivre à l'avenir. Il est toutefois conseillé à la mère de préparer psychologiquement l'enfant, en lui expliquant de manière simple et générale en quoi consistera la visite.

L'examen gynécologique d'une si petite patiente se fait avec des instruments différents de ceux utilisés pour une femme adulte et est absolument indolore.
 
LE DÉROULEMENT DE L'EXAMEN GYNÉCOLOGIQUE

Le premier examen gynécologique consiste à observer les organes génitaux externes (vagin et vulve) et les organes génitaux internes (utérus et ovaires) pour évaluer leur état de santé.

 

Si la patiente n'a jamais eu de rapports sexuels, l'examen est différent de celui effectué pour une femme adulte. La jeune fille est examinée par palpation de l'abdomen et une échographie externe est réalisée.

Si le gynécologue estime qu'une inspection interne des organes génitaux est nécessaire, il ne faut pas avoir peur. En effet, le gynécologue dispose d'un tout petit instrument (spéculum), qui laisse l'hymen intact.

 

Aucune préparation particulière n'est nécessaire pour passer un examen. La vessie doit être vidée et un lavage normal est suffisant.

Après avoir parlé au gynécologue pour avoir un aperçu de la situation, on demande à la patiente de se déshabiller. Il suffit d'enlever le pantalon et la culotte.

Parfois, le médecin fait peser la patiente, puis l'assoit sur le canapé.

La patiente doit s'allonger sur le ventre sur le divan gynécologique, les jambes reposant sur deux supports latéraux.

Le patient ne doit pas être gêné ni avoir peur. L'examen est absolument indolore.

Le gynécologue examine la patiente, vérifiant d'abord les organes génitaux externes pour détecter toute anomalie anatomique ou inflammation vulvo-vaginale.

Il insère ensuite délicatement un doigt dans le vagin pour en vérifier les parois et, de l'autre main, exerce une légère pression au niveau du pubis. Cette manœuvre permet au gynécologue d'évaluer si l'utérus et les ovaires sont de taille et de surface régulières et s'ils sont douloureux.

Le médecin procède ensuite à l'exploration des organes génitaux internes, à l'aide du spéculum, un instrument utilisé pour maintenir les parois vaginales dilatées, pendant l'examen.

Les parois du vagin sont facilement étirées et l'introduction de l'instrument ne provoque aucune douleur.

Grâce au spéculum, le gynécologue peut évaluer s'il y a des sécrétions particulières, qui indiquent la présence d'infections, et peut observer le col de l'utérus.

Après avoir dilaté les parois vaginales, le médecin insère une sonde transvaginale pour réaliser l'échographie. De cette façon, l'utérus et les ovaires sont photographiés. L'introduction de la sonde est indolore.

Le gynécologue peut également décider d'effectuer un test Pap, un examen indolore qui doit être entrepris après le premier rapport sexuel.

Le test Pap consiste à prélever quelques cellules du col de l'utérus, qui seront ensuite analysées en laboratoire, afin de vérifier la présence d'altérations qui peuvent, si elles sont négligées, dégénérer.

À la fin de l'examen, la patiente étant toujours allongée, le gynécologue vérifie le sein par palpation pour exclure la présence de nodules.

Pendant l'examen gynécologique, le médecin parle à la patiente et lui explique tout ce qu'il fait.

 
CE QUE DEMANDE LE GYNÉCOLOGUE

Lors de la première visite, le gynécologue demande quelques informations afin de dresser un tableau clinique de la patiente.

Principales questions :

    Âge de la patiente lors de la première menstruation.
    Date de la dernière menstruation
    Si le cycle menstruel est régulier ou irrégulier
    Si les menstruations sont abondantes ou douloureuses
    Si le patient a subi une intervention chirurgicale
    Si le patient a des maladies ou si un membre de sa famille a des maladies.
    Si le patient prend des médicaments ou fume
    Si le patient souffre d'une quelconque maladie

Ces questions sont très importantes pour permettre au gynécologue de comprendre le problème de la patiente et d'orienter au mieux la thérapie possible.

 
CE QU'IL FAUT DIRE AU GYNÉCOLOGUE

    Informez le gynécologue qu'il s'agit du premier examen gynécologique. De cette façon, le médecin pourra comprendre la gêne et mettre la patiente à l'aise, en la rassurant sur le déroulement de l'examen.
    Répondez calmement aux questions du gynécologue.
    Demandez au gynécologue tout ce que vous voulez savoir, même sur la sphère sexuelle, sans crainte ni gêne.
    Demandez des explications si vous ne comprenez pas quelque chose, sans crainte.
    Expliquez les troubles éventuels.

 

Augmentation mammaire pourquoi et comment ?

Augmentation mammaire pourquoi et comment ?

La chirurgie esthétique : un agréable cadeau pour soi.

Tout a commencé plusieurs années après le début de nos activités indépendantes dans le domaine de la chirurgie esthétique, lorsque nous nous sommes demandés ce qui pouvait être fait pour qu'un patient en bonne santé (les patients de la chirurgie esthétique sont considérés comme sains parce qu'ils subissent des opérations qui ne sont pas vitales) puisse vivre son expérience chirurgicale comme quelque chose de non traumatisant, voire… comme un petit cadeau qui serait agréablement répété.

Ce qui décourage souvent les patients de se faire opérer, c'est la peur de tout ce qui les entoure, et en particulier : "Vais-je me réveiller de l'anesthésie ? Est-ce que je vais avoir très mal ? Comment puis-je m'organiser sans déranger ma famille et mes amis pendant mon séjour ? Est-ce que je peux me le permettre ?

 

Augmentation mammaire

L'augmentation mammaire par implants est une intervention de chirurgie esthétique visant à améliorer le volume, la forme et la symétrie des seins, par l'insertion d'implants mammaires.

La chirurgie d'augmentation mammaire est indiquée dans les cas suivants :

  • Hypotrophie mammaire, ou développement faible ou nul de la glande mammaire.
  • Perte de volume ou de tonicité de la poitrine, suite à une grossesse, un allaitement ou une perte de poids.
  • La ptose mammaire, c'est-à-dire l'affaissement des seins et leur déplacement vers le bas, qui peut résulter de facteurs génétiques, du vieillissement ou de la perte de poids (dans ce cas, l'association d'une opération de mastopexie (ou lifting des seins) est également envisagée).
  • Poitrine tubéreuse ou asymétrie mammaire évidente.

EXAMENS PRÉOPÉRATOIRES EN CAS D'AUGMENTATION MAMMAIRE

Les visites préopératoires pour réaliser l'augmentation mammaire sont fondamentales pour l'étude et la planification de la chirurgie d'augmentation mammaire.

La première rencontre consiste principalement en une discussion, au cours de laquelle le chirurgien a l'occasion d'écouter les souhaits et les attentes de la patiente concernant la forme, le volume et la taille de la poitrine et de clarifier ses doutes éventuels. Après un examen minutieux, on évalue la possibilité d'obtenir le résultat demandé par le patient, ainsi que le type de prothèse et la technique chirurgicale la plus appropriée pour y parvenir. L'expérience du chirurgien est fondamentale dans le choix des implants mammaires (forme et taille) et leur positionnement. La position des implants mammaires est définie par le chirurgien en fonction des caractéristiques de chaque patiente : élasticité de la peau, qualité des tissus de recouvrement, proportions entre les épaules et les hanches.

Le chirurgien prescrira des examens préopératoires de routine et, selon le cas, une échographie mammaire ou une mammographie pour écarter les pathologies préexistantes.

PROTHÈSES D'AUGMENTATION MAMMAIRE

Les prothèses d'augmentation mammaire sont constituées d'une enveloppe en silicone qui contient un gel cohésif de silicone ou d'autres substances et peuvent être identifiées par un coupon d'identification remis à la patiente immédiatement après l'intervention de mastoplastie.

    Les prothèses en gel cohésif de silicone sont les plus utilisées et bénéficient d'une expérience clinique telle qu'elle permet de mieux connaître les résultats ultérieurs, tant en termes d'image esthétique que de complications éventuelles.

Le gel cohésif de silicone est un matériau souple et uniforme, avec trois degrés de cohésivité possibles (souple, légèrement dense, très dense), qui agit comme une substance solide permettant d'éviter que, en cas de rupture accidentelle de la prothèse, il y ait migration et dispersion du contenu à l'intérieur de la région mammaire.

D'importantes études sur les implants mammaires en gel de silicone cohésif ont montré qu'il n'existe aucune corrélation entre les implants mammaires et la formation ou le développement de tumeurs mammaires ou de maladies auto-immunes.

    Les implants contenant une solution physiologique, bien que fonctionnels, sont aujourd'hui moins utilisés pour l'augmentation mammaire. Leur caractéristique est qu'ils sont équipés d'un tube de remplissage amovible qui permet au chirurgien de modifier, dans les six mois qui suivent l'opération, la taille des seins de la patiente par le remplissage ou la vidange de la quantité de solution physiologique contenue dans l'implant mammaire. Les inconvénients de ce type de prothèse mammaire sont la consistance moins naturelle que celle des prothèses en gel de silicone cohésif et la tendance à la fuite de liquide, avec pour conséquence une perte progressive du volume mammaire.

    Les implants mammaires contenant de l'hydrogel (eau et une chaîne de sucres) sont moins utilisés car, avec le temps, ils entraînent une variation du volume des seins.

Les implants mammaires pour l'augmentation mammaire se différencient par leur forme, qui peut être

    Ronde : égale en hauteur et en largeur. La prothèse ronde augmente le volume du sein de manière homogène.

    Anatomique ou "en larme" : volume concentré dans le pôle inférieur. La prothèse en forme de goutte est indiquée en cas de seins tombants ou "vidés".

 

 

Liste de sites à voir :

  1. https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire/
  2. https://www.entourage.ch/fr/technologies/chirurgie-esthetique/augmentation-mammaire/
  3. https://maisontoa.com/traitement/augmentation-mammaire/

Blépharoplastie supérieure Paris

Blépharoplastie supérieure Paris

La blépharoplastie des paupières supérieures est l'intervention visant à rendre les paupières plus légères, moins gonflées et à réduire l'effet "rideau" au-dessus des yeux.

La blépharoplastie des paupières supérieures vise à réduire ou à éliminer les excès de peau ou de graisse, qui provoquent un alourdissement inesthétique du regard et, dans les cas les plus graves, entraînent un obscurcissement du champ visuel. Il n'existe pas de cause unique à ce relâchement de la peau : le vieillissement naturel est normalement la principale cause de laxité des tissus, mais elle peut aussi être le résultat d'un traumatisme ou de facteurs héréditaires.

Il existe différents types de blépharoplastie et le choix dépend de l'évaluation de chaque patient et de l'expérience du chirurgien.

Il est très important d'examiner le patient et de prêter attention non seulement aux paupières supérieures, mais aussi à la position du sourcil ; très souvent, la cause d'un excès de peau et donc d'un alourdissement des paupières dépend d'un abaissement du sourcil lui-même (ptose du sourcil), qui pour des raisons de relaxation musculaire abaisse et gonfle les paupières. Cet affaissement peut être unilatéral ou parfois bilatéral.

Chez ces patients, il est nécessaire d'intervenir de manière combinée, c'est-à-dire en relevant le sourcil et en retirant l'excès de peau des paupières supérieures.

La chirurgie des sourcils peut être résolue par voie interne ou externe.

La voie interne s'effectue en insérant un ou deux points de suture dans le sourcil supérieur, ce qui donne la possibilité de pouvoir relever le sourcil d'environ 2 mm. La difficulté de cette intervention chirurgicale est de positionner les points de suture internes de manière à obtenir une symétrie parfaite entre les côtés droit et gauche.

La voie externe consiste à enlever une pastille de peau dans la zone du sourcil et à placer des points de suture internes qui relèvent le sourcil de manière définitive.

Dans le cas d'une blépharoplastie supérieure, une évaluation préopératoire minutieuse est très importante pour retirer une quantité suffisante de peau afin d'alléger la paupière. Aujourd'hui, la chirurgie est beaucoup plus conservatrice que par le passé. La nouvelle tendance consiste à enlever la peau et, dans certains cas seulement, le muscle sous-jacent (muscle orbiculaire).

Dans le passé, la graisse orbitale était également retirée sans problème, mais aujourd'hui, la tendance est d'être moins démolisseur et donc la graisse orbitale n'est retirée que partiellement et sans excès et dans certains cas, une redistribution est effectuée.

Les sutures sont juxtaposées de manière détachée ou parfois une suture continue peut être réalisée et retirée 8/10 jours après l'intervention. L'évolution postopératoire implique un bandage partiel uniquement pour le jour suivant l'opération. L'apparition d'un gonflement des paupières et d'ecchymoses est toujours présente, mais elle dépend beaucoup de l'état général du patient en ce qui concerne les maladies cardiaques, les maladies du sang ou l'hypertension et tout cela disparaît 10/15 jours après l'opération. Le patient peut reprendre son travail après 2 ou 3 jours.

L'intervention est toujours réalisée sous anesthésie locale ou, pour améliorer la tolérance en fonction de la durée, on peut ajouter une sédation légère avec laquelle on ne ressent aucune douleur de l'anesthésie, ni des phases peropératoires et le patient ne se souvient même pas des procédures chirurgicales auxquelles il a été soumis.

La préparation à l'intervention :

Voici quelques-unes des techniques chirurgicales les plus couramment utilisées pour la chirurgie des sourcils :

a) Par voie externe : cette technique consiste à enlever le tissu cutané directement au-dessus du sourcil, ce qui entraîne un déplacement vers le haut de celui-ci et réduit l'excès de peau de la paupière supérieure, ce qui est associé à une blépharoplastie de la paupière supérieure. Cette technique ne comporte qu'un seul risque lié à l'imperfection de la cicatrice, mais cette possibilité est réduite grâce aux nouvelles techniques et aux matériaux de dernière génération utilisés dans le domaine médical.
Une éventuelle cicatrice imparfaite peut être facilement masquée chez les femmes avec une touche de maquillage et chez les hommes elle restera presque invisible car elle sera couverte et masquée par les cheveux.

b) Par voie interne : elle consiste à placer un ou deux points de suture internes à travers la coupe de la blépharoplastie supérieure, fixant les tissus directement au périoste qui recouvre l'os.

La chirurgie des sourcils doit être considérée comme un complément à la blépharoplastie des paupières supérieures uniquement dans le cas où le relâchement ou la présence d'adiposité des paupières supérieures s'accompagne d'un abaissement du sourcil.

Augmentation mammaire Suisse

Augmentation mammaire Suisse

Également connue sous le nom d'élargissement des seins ou d'augmentation mammaire, les femmes choisissent de subir une augmentation mammaire pour améliorer et mettre en valeur leur silhouette. Certaines femmes ne développent tout simplement pas assez de tissu mammaire pour s'adapter à leurs proportions, d'autres perdent du volume avec le temps ou en cas de grossesse. Dans tous les cas, elles veulent se sentir plus féminines.

Procédure augmentation mammaire

L'augmentation mammaire est l'opération utilisée pour agrandir vos seins. Elle consiste essentiellement à placer un implant sous les tissus de votre poitrine pour remplir et raffermir vos seins. Le Dr Tenorio de Genève pratique l'augmentation mammaire de différentes manières. Ces variations dépendent de ce que vous voulez obtenir et de votre constitution physique. Il n'y a pas d'opération qui convienne à tout le monde et il vous conseillera sur les choix les plus appropriés pour vous. Les décisions relatives à ces variations concernent l'incision utilisée et le plan (couche) dans lequel l'implant est placé.  L'incision est généralement pratiquée sous le sein. Le plan dans lequel l'implant est placé dépend de la quantité et de la qualité de la couverture tissulaire dont vous disposez pour dissimuler l'implant, ainsi que de la taille et de la forme de l'implant.  Il placera parfois l'implant sous le muscle, parfois directement sous le sein et parfois dans un plan intermédiaire. Le Docteur Tenorio pratiquera votre opération dans un hôpital entièrement certifié, et non dans une clinique ou un centre de jour. Votre augmentation sera pratiquée sous anesthésie générale par un anesthésiste qualifié, qui veillera également à ce que vous soyez bien soulagée de la douleur. Des techniques stériles complètes seront utilisées et des antibiotiques vous seront administrés. Il est possible que vous ayez un drain dans les seins et que vous passiez la nuit sur place, et vous rentrerez chez vous en portant un soutien-gorge chirurgical. Une semaine après, Le Docteur Tenorio vous verra dans ses salles de consultation pour un rendez-vous postopératoire.
 

Le Dr Tenorio de Genève utilisera l'un des trois plans différents pour insérer l'implant mammaire. Le plan qui vous convient le mieux dépend de la quantité de tissu dont vous disposez pour recouvrir l'implant, ainsi que de la taille et de la forme de l'implant choisi. Le Dr Tenorio de Genève vous guidera tout au long de ce processus et vous aidera à prendre la bonne décision pour vous.

  1. Plan sous-mammaire : L'implant est placé directement sous le sein et devant le muscle.
  2. Plan sous-musculaire : L'implant se trouve sous le muscle (également appelé double plan).
  3. Plan sous-fascial : L'implant se trouve entre les fibres musculaires et le revêtement musculaire (fascia).

Imagerie préopératoire : Avant l'opération, le Dr Tenorio de Genève peut utiliser l'imagerie 3D Crisalix pour vous aider à visualiser votre aspect postopératoire. Une autre méthode qu'il peut utiliser consiste à placer des prothèses de taille dans votre soutien-gorge.

Récupération après l'augmentation mammaire

La douleur varie en fonction du plan utilisé et de la tolérance individuelle des patientes, mais la plupart des femmes s'en sortent bien avec du panadol ou de la panadiene. Après l'opération, vous devrez porter un soutien-gorge ferme de maintien et prendre soin de vous. Les 4 premières semaines sont les plus importantes. Les patients sont généralement en mesure de reprendre le travail après deux à quatre semaines et toutes leurs activités normales après six semaines. Les activités physiques intenses peuvent prendre plus de temps. Ensuite, vous augmenterez progressivement votre activité. N'oubliez pas que nous visons un bon résultat à long terme, alors faites preuve de bon sens et respectez-vous.

Résultats de votre nouvelle poitrine

Une augmentation mammaire parfaite doit aboutir à une poitrine nue dont la forme est naturelle et attrayante et qui est en proportion équilibrée avec votre corps. Pour obtenir ce résultat optimal d'augmentation mammaire, les nombreuses caractéristiques de votre silhouette doivent être prises en compte, notamment la forme de la paroi thoracique, le volume des tissus mammaires, les différences entre les seins, le volume musculaire, la largeur des épaules, la taille, le poids, la largeur des hanches et la taille des fesses. Si les caractéristiques individuelles de votre corps ne sont pas prises en compte, le résultat de l'augmentation mammaire peut être moins qu'optimal pour vous, voire décevant et anormal.

Vos attentes et vos préférences concernant votre augmentation mammaire à Genève doivent également être prises en compte. Vous aurez sans doute des idées de ce à quoi vous aimeriez ressembler et, après tout, c'est vous qui devez être satisfaite de vos seins en fin de compte. Il n'existe pas d'augmentation mammaire qui convienne à tout le monde et c'est en vous gérant en tant qu'individu que le Dr Tenorio de Genève peut réaliser la meilleure augmentation mammaire pour vous personnellement.

Coûts

Chaque patient est évalué individuellement et les honoraires du Dr Tenorio de Genève reflètent le type et la complexité de l'intervention requise.

Lors de votre consultation avec le Dr Tenorio de Genève, vous discuterez des coûts avec notre responsable de bureau. Les coûts seront expliqués et vous recevrez un devis détaillé par écrit. Si un rabais est applicable, il sera clairement défini dans votre devis.

Si vous souffrez d'un problème médical lié à vos seins, tel qu'une asymétrie ou une déformation mammaire, certains des coûts de votre augmentation mammaire peuvent faire l'objet d'un remboursement.

Risques de l'opération

Pour réduire les risques, le Dr Tenorio de Genève a des préférences distinctes fondées uniquement sur une chirurgie sûre et de bons résultats. Il n'opère que dans des hôpitaux accrédités du plus haut niveau, n'utilise que des implants de très bonne qualité et préfère que ses patientes passent la nuit à l'hôpital pour un bon soulagement de la douleur et pour surveiller les saignements (qui sont rares).

Ces préférences peuvent augmenter légèrement le coût de votre intervention, mais elles ne servent qu'à vous rassurer, à vous garantir une chirurgie plus sûre et un meilleur résultat.

La chirurgie d'augmentation mammaire s'accompagne des mêmes complications générales que toutes les interventions chirurgicales majeures. Il s'agit notamment de complications anesthésiques, de saignements, d'infections et d'éventuels caillots dans les jambes, voire de caillots se déplaçant vers le poumon. Les complications spécifiques liées à l'augmentation mammaire peuvent être divisées en complications précoces et complications tardives. Les complications précoces comprennent les saignements et les infections. Elles peuvent être traitées et gérées avec succès en prêtant attention aux signes de saignement dans la période post-opératoire et en utilisant une bonne technique et un antibiotique en péri-opératoire. Une autre complication qui peut survenir précocement est la réduction de la sensation du mamelon. Souvent, celle-ci s'améliore pour devenir normale et parfois trop sensible. Parfois, la sensation reste réduite. Les complications tardives comprennent les complications liées à la formation de la capsule cicatricielle, comme un durcissement apparent du sein ou une mobilité excessive de l'implant. Ces problèmes peuvent nécessiter une correction chirurgicale. Un implant mammaire est un corps étranger et, en tant que tel, une infection peut survenir à n'importe quel stade de l'opération. Des antibiotiques de protection doivent être utilisés lorsque vous subissez une autre intervention chirurgicale importante ou une intervention dentaire majeure. Les implants mammaires peuvent se rompre (bien que cela soit rare avec les prothèses modernes en gel cohésif). Si une fuite est détectée, il convient de faire retirer et remplacer votre implant.

Les implants ne sont pas associés à un risque accru de cancer du sein. Cependant, ils ont été associés à une incidence extrêmement faible d'un cancer des cellules sanguines appelé lymphome dans les tissus entourant l'implant. On pense que ces patientes étaient génétiquement prédisposées à développer un lymphome avant de subir une augmentation mammaire.

En général, l'augmentation mammaire est une opération largement pratiquée, réussie et présentant peu de complications. Le Dr Tenorio de Genève pratique les augmentations mammaires de la manière la plus sûre possible, non pas dans l'optique d'un renouvellement des patientes, mais pour obtenir des résultats satisfaisants et sûrs.

Abdominoplastie ? Prix, devis, tarifs

Abdominoplastie ? Prix, devis, tarifs

CONCEPTS GÉNÉRAUX SUR L'ABDOMINOPLASTIE

L'abdominoplastie est l'intervention qui vise à corriger les défauts de la région abdominale pouvant affecter la peau (plicature de la peau, laxité de la peau avec vergetures, cicatrices d'interventions antérieures sur l'abdomen), le pannicule adipeux sous-jacent, et enfin le plan fascial et musculaire. Cette intervention modifie sensiblement la protubérance de l'abdomen, améliorant son aspect au prix toutefois d'une cicatrice qui peut se limiter à la région sus-pubienne et donc être comparable à celle d'une césarienne, mais qui peut aussi s'étendre, dans les cas les plus significatifs, aux épines iliaques, c'est-à-dire aux hanches. Le terme "abdominoplastie" désigne une procédure chirurgicale traditionnelle "à ciel ouvert" par laquelle l'excès de peau et de tissu adipeux est retiré dans la partie centrale et inférieure de l'abdomen.
En effet pour les chirurgiens esthétiques, les problèmes présents dans la région abdominale sont très hétérogènes et peuvent avoir des causes initiales très différentes (issue des grossesses, chirurgie, régimes avec amaigrissement important, excès de graisse localisés) au point de nécessiter des solutions thérapeutiques différentes. Par conséquent, l'abdominoplastie peut être associée à d'autres interventions qui, dans certains cas, peuvent représenter le geste chirurgical principal ou exclusif. En effet, la liposculpture peut être associée au modelage des hanches et peut, isolément, donner de bons résultats dans le cas de coussinets adipeux péri-ombéliques ; tandis que la chirurgie endoscopique permet, avec des incisions limitées, de corriger les défauts de contention du plan musculo-facial.

Dans tous les cas, il s'agit d'interventions qui ont pour but d'améliorer l'abdomen et plus généralement le tronc, mais pas d'obtenir une réelle réduction du poids corporel ; elles ne constituent donc pas une alternative à l'alimentation.

Le meilleur candidat à l'abdominoplastie est un homme ou une femme en bonne santé qui présente un excès de peau abdominale avec une accumulation possible de tissu adipeux qui ne peut être améliorée par un régime alimentaire ou de l'exercice.
L'abdominoplastie n'exclut pas d'éventuelles futures grossesses, mais elle doit être raisonnablement reportée si vous souhaitez planifier une grossesse ultérieure afin de ne pas contrarier le résultat.

 
EXAMEN PRÉOPÉRATOIRE POUR UNE ABDOMINOPLASTIE

 

Elle permet d'établir le meilleur programme thérapeutique qui peut varier d'une "miniaddominoplastie" à une liposuccion de la région abdominale et des hanches, à une abdominoplastie étendue avec renforcement et remodelage du plan musculo-fascial et liposuccion. L'examen permet d'évaluer un éventuel surpoids qui peut conduire à reporter l'intervention afin de réaliser un programme alimentaire adapté et permet de mettre en évidence la présence de faiblesses ou de véritables hernies de la paroi abdominale qui peuvent nécessiter des tests diagnostiques supplémentaires. Il est important de connaître l'état de santé général, en particulier celui des systèmes cardiovasculaire et respiratoire, afin de réduire les risques intra- et postopératoires.
Des examens hématochimiques préopératoires, un électrocardiogramme et, dans de nombreux cas, une radiographie du thorax seront prescrits, ainsi que d'autres tests le cas échéant.

 
LA PRÉPARATION PRÉOPÉRATOIRE POUR L'ABDOMINOPLASTIE

Ne prenez pas d'aspirine ou d'anticoagulants pendant au moins 15 jours avant l'opération. Il est recommandé d'arrêter de fumer pendant au moins deux semaines avant l'opération.

 
CHIRURGIE ABDOMINALE

L'abdominoplastie est réalisée sous anesthésie générale et l'opération dure entre 2 et 3 heures. L'incision est pratiquée immédiatement au-dessus des poils du pubis et est étendue latéralement dans les cas plus importants jusqu'à la colonne iliaque. La peau et le tissu adipeux sous-cutané sont ensuite séparés du plan musculo-fascial abdominal sous-jacent jusqu'à la voûte costale. Les muscles sont rapprochés de la ligne médiane et le plan fascial est renforcé. La peau est étirée vers le bas et la partie excédentaire est enlevée. Le nombril, précédemment isolé du reste de la peau abdominale, est repositionné et placé dans la bonne position. En général, un ou deux drains sont insérés, laissés en place pendant 24-72 heures dans la plupart des cas. L'opération se termine par un habillage litigieux.
Dans le cas d'une mini-addominoplastie, l'opération peut également être réalisée sous anesthésie locale avec sédation, avec une incision limitée à la région pubienne et un décollement de tissu jusqu'à la région ombilicale. La durée de la procédure est d'environ 60 à 90 minutes.

 
TRAITEMENT POSTOPÉRATOIRE

 

L'abdominoplastie nécessite au moins 24 à 48 heures d'hospitalisation, tandis que la mini-addominoplastie peut également être pratiquée en chirurgie de jour, c'est-à-dire sans séjour de nuit.
La douleur postopératoire est modeste si un geste a été fait sur la peau et les plans adipeux, alors qu'elle peut être plus importante s'il a été nécessaire de corriger les plans musculaires ; dans tous les cas, elle est contrôlée par un analgésique normal.
Un régime alimentaire léger peut être repris dès le lendemain de l'opération.
Les points sont retirés entre le 7e et le 12e jour postopératoire.

 
À QUOI S'ATTENDRE APRÈS UNE OPÉRATION D'ABDOMINOPLASTIE

    Vous pouvez vous lever et commencer à marcher le lendemain de l'opération.
    Il est possible de prendre une douche après une semaine.
    Il est nécessaire d'utiliser une gaine élastique pendant un mois.
    L'activité peut être reprise progressivement au bout d'une semaine, mais il faut éviter tout effort physique important et toute activité sportive intense pendant 30 à 45 jours.
    Les cicatrices peuvent être couvertes par la culotte et ont tendance à rougir et à devenir plus évidentes dans les premières semaines ; il faut attendre environ 12 mois pour qu'elles mûrissent, s'aplatissent et s'éclaircissent. Pendant cette période, ils ne doivent pas être exposés au soleil et seront massés avec des crèmes périodiquement prescrites par le chirurgien.
    L'abdomen est dur et gonflé pendant quelques mois.
    Il y a une perte de sensibilité de la peau du bas-ventre qui est généralement temporaire et disparaît après quelques mois.

> Retour au début
 
LES COMPLICATIONS POSSIBLES

Les complications ont une faible incidence et sont représentées par des hématomes, des épanchements séreux, des infections, des nécroses cutanées partielles et des cicatrices insatisfaisantes. Les facteurs de risque accrus sont le surpoids, le tabagisme et le diabète.
Les hématomes sont généralement évités par la présence d'un pansement de drainage et de compression.
Les épanchements séreux sont dus à l'accumulation de sérum dans le plan de drainage et se produisent plus fréquemment chez les patients en surpoids et les patients présentant un pannicule adipeux épais ; ils sont traités avec des aspirations souvent répétées à la seringue.
Les infections sont rares et traitées par une antibiothérapie.
La nécrose partielle du tissu cutané nécessite des pansements répétés et parfois une révision chirurgicale secondaire sous anesthésie locale.
Les cicatrices s'améliorent avec le temps ; elles peuvent parfois bénéficier d'une chirurgie de révision au bout d'un an environ.
Les complications thromboemboliques, telles que les phlébites ou les embolies pulmonaires, bien qu'assez rares, peuvent survenir après une chirurgie abdominale ; des mesures préventives doivent être prises telles que la mobilisation précoce, l'utilisation de bandages élastiques et tout traitement anticoagulant chez les patients considérés à risque.
Dans tous les cas, il faut être conscient des risques sans les surestimer, en étant conscient que toute intervention chirurgicale peut comporter certains inconvénients.
Un chirurgien plasticien compétent et expérimenté est capable de minimiser les risques et les complications et de mieux gérer les problèmes éventuels.

La Blépharoplastie peut aussi vous intéresser : https://www.annuaire-papillon.com/blepharoplastie-quest-ce-que-cest.html