Demande de crédit en Suisse

Demande de crédit en Suisse

L'histoire des banques en 5 étapes

Voici les jalons de l'histoire de la banque, ceux qui ont transformé les banques au fil des ans, jusqu'à aujourd'hui.

    Antiquité

Les Sumériens, les Grecs et les Babyloniens sont connus pour leurs magnifiques temples qui renfermaient d'importants trésors. Tout le monde ne sait pas, cependant, que les prêtres du temple avaient l'habitude de prêter le produit des offrandes des fidèles. Ils étaient également les gardiens des réserves d'or et d'argent, qui étaient également prêtées avec intérêt.

Avec la naissance de l'argent, la figure du changeur est donc née. Les trapeziti (appelés ainsi parce que la banque derrière laquelle ils exerçaient leur activité s'appelait, précisément, trapeza) travaillaient près des principaux lieux d'échange (ports et marchés), accordant également des prêts.

    Moyen Âge

Le Moyen Âge a vu l'émergence de banques privées par des sociétés commerciales qui utilisaient leurs bénéfices en prêtant de l'argent. À la même époque, la première forme de chèque commence à être utilisée : de véritables lettres de crédit qui évitent de transporter de l'argent (aujourd'hui nous dirions "espèces"). C'est également grâce à cette activité que les premiers banquiers ont commencé à connaître un tel succès que leur fortune s'est accrue de plus en plus. L'une des plus importantes sociétés bancaires était le Banco dei Medici, dont les services atteignaient, entre autres, Nice, Genève, Tunis, Londres et Majorque.

    Renaissance

C'est à cette époque que la banque, telle que nous la connaissons aujourd'hui, est née. Le Banco di San Giorgio a été fondé au début des années 1400 pour gérer la dette publique. Mais c'est avec la Banque d'Angleterre, fondée en 1694, que l'établissement de crédit commence à financer les activités des marchands, afin d'encourager le commerce.

    XIXe siècle

Après la révolution industrielle, il y a eu un besoin croissant de capitaux pour permettre aux nouvelles industries (notamment le textile et l'acier) de se développer. Parallèlement, on assiste au phénomène de ce que l'on appelle la collection bancaire : les banques s'adressent à une clientèle sélectionnée, appartenant à la haute société, dont le capital est géré par l'institution bancaire.

    Du vingtième siècle à nos jours avec le rachat de crédit

La Grande Dépression de 1929 a influencé l'évolution du système bancaire. C'est au cours de ces années que la distinction entre banques de dépôt et banques d'affaires a été établie, ces dernières se caractérisant par l'octroi de crédits à moyen et long terme. En outre, les banques centrales jouent un rôle de plus en plus important et les relations internationales entre les différentes institutions bancaires se développent. Ces dernières années, grâce à l'évolution technologique et à la mondialisation, l'histoire des banques a été marquée par de nombreuses innovations : banque par internet, trading, services de paiement en ligne directement à partir de son compte.

Parmi les innovations qui ont le plus transformé la manière dont les clients s'interfacent avec la banque, il faut citer les applications bancaires innovantes intégrées aux commandes vocales et à la reconnaissance biométrique. Les nouveaux systèmes de paiement numérique, tels que Apple Pay, Samsung Pay et Google Pay, révolutionnent également la manière dont les gens transfèrent de l'argent à l'aide de leurs smartphones.

 

Demande de crédit à Genève

Demande de crédit à Genève

Avez-vous déjà pensé à ce qu'était le monde à l'époque où il n'y avait pas de crédit ? Pas de banques, de consultants, de garanties, de prêts, de versements et d'intérêts. Dans cette optique, cela ne semble pas si mal non plus, mais la question n'est pas si simple. La question qui se pose est la suivante : comment les gens ont-ils pris leurs propres décisions monétaires au quotidien ? 

Avoir un crédit pourquoi et comment ?

Comment pourraient-ils lancer leurs propres projets, réaliser leurs propres rêves et organiser leur vie sur le long terme ?

Aujourd'hui, il va sans dire que la plupart d'entre nous font leurs choix de consommation et d'épargne en sachant qu'ils sont liés au système financier, qui joue son propre rôle dans le stock de biens et de possibilités dont nous pouvons bénéficier. N'est-ce pas là le centre de gravité de la finance quotidienne ?

Le crédit est aussi vieux que les hommes

L'argent et le temps, et la possibilité de combiner ces deux variables d'une manière qui soit fonctionnelle à ses projets. Construire le présent au détriment de l'avenir et vice versa. Nous sommes tellement habitués à ces possibilités que nous ne réalisons même pas combien de fois nous faisons référence à des concepts financiers dans notre vie quotidienne. Nous sommes plongés dans un environnement dans lequel le nombre de services et de produits a littéralement explosé, et dans les économies développées, ceux-ci sont accessibles partout et à tout moment. Cependant, l'histoire du crédit, si on la compare à l'histoire de l'humanité, est une histoire récente, ou plutôt elle est devenue pertinente assez tardivement, entre la fin du Moyen Âge et l'âge moderne par la figure du marchand, puis par la banque dans son sens moderne. Par contre, comment nos homologues des époques historiques précédentes se sont-ils comportés ? Pourquoi, pendant des millénaires, n'ont-ils jamais pensé à inventer ce mécanisme magique ? Pourtant, l'argent s'était déjà répandu beaucoup plus tôt, pour dépasser les limites structurelles du troc. Pourquoi alors ce retard dans les demandes de crédits ?

La thèse de la richesse limitée

En fait, l'homme y avait déjà pensé depuis longtemps. Des archétypes de relations de crédit existent dans la plupart des cultures humaines depuis les Sumériens de l'Antiquité. Le problème n'est pas que le principe de base soit inconnu, mais plutôt qu'il soit limité par le manque de confiance des gens dans l'avenir, par rapport aux certitudes du présent. Dans de nombreuses cultures anciennes, le commerce était en quelque sorte considéré comme un jeu à somme nulle. On avait tendance à croire que le montant total de la richesse était limité, comme le soutient Yuval Noah Harari dans son livre From Animals to Gods. Pour que vous ne puissiez vous enrichir qu'au détriment des autres, la tarte était limitée. La croissance économique ne correspondait pas à ce que nous connaissons aujourd'hui. Oui, pendant des millénaires, les économies se sont développées et la production a augmenté, mais surtout en raison de la croissance démographique et de l'expansion vers de nouvelles terres. La production par habitant a augmenté trop lentement pour que les gens changent leurs croyances. A bien y penser, le mot crédit vient du latin creditum, et plus généralement du verbe credere, confier (ou même ce qui est confié). Étant donné que l'homme de l'Antiquité ne comptait pas suffisamment sur les possibilités futures et ne pouvait pas toujours les voir, pourquoi en donner le crédit ? Selon la thèse du professeur Harari, c'est l'une des principales raisons pour lesquelles il n'existait pas de systèmes financiers structurés ou de masse, même dans les civilisations les plus avancées jusqu'à l'âge moderne. Il faut cependant dire que même si elles ont tendance à être limitées, à court terme et avec des taux d'intérêt élevés, les relations de crédit existent bel et bien. Dans la Rome antique, par exemple, l'Argentarius était un "banquier" dont l'activité comprenait non seulement le crédit et les opérations "bancaires", mais aussi de véritables spéculations financières. Depuis l'époque républicaine, les tabernae argentariae étaient situées dans la partie sud du Forum, tandis que plus tard, elles se sont étendues également à la partie nord et, pendant l'empire, dans les différents districts. Rome avait hérité de ce type de chiffres de la civilisation hellénique, où il existait déjà des institutions soumises au contrôle du gouvernement qui exerçaient des activités similaires à celles des banques. Cependant, bien que la Grèce ait été l'un des premiers pays à utiliser de l'argent frappé, elle n'a pas développé de "banques" d'une certaine importance. La faible richesse des villes-États grecques et le manque de sécurité dû aux conditions politiques, ont contribué à limiter l'impact du crédit dans l'économie hellénique. Auparavant, en Mésopotamie, le phénomène était étroitement lié à la figure du temple, qui représentait un centre archaïque de dépôt et de prêt de ressources. Sans trop s'écarter du sujet, une constante demeure dans le monde antique : la difficile accessibilité du capital, surtout pour ceux qui appartiennent aux classes sociales inférieures. La conséquence en a été non seulement la difficulté de lancer des entreprises privées, mais aussi une longue histoire de faible mobilité sociale et de quasi-impossibilité de combler les inégalités. Pendant longtemps dans l'histoire de l'humanité, il y a eu une situation où tout le monde était perdant. L'absence d'attentes a maintenu le crédit serré et, par conséquent, peu d'entreprises sont nées. La croissance économique a été faible et, par conséquent, la confiance dans l'avenir est restée faible. Le niveau global du crédit est resté faible. Une situation stagnante.

La révolution du progrès

Pour trouver le point de rupture de ce piège psychologique, il faut remonter à l'époque de la révolution scientifique, qui a apporté avec elle le concept de progrès, l'un des plus importants dans nos cultures. Croire au progrès, c'est croire que les activités, les découvertes et les réalisations humaines peuvent accroître la richesse et les possibilités, et que cela ne se fait pas nécessairement au détriment de quelqu'un d'autre. À un moment donné, l'homme a réalisé que la tarte mondiale peut devenir plus grande. Ce n'est pas arrivé du jour au lendemain, mais au fil du temps, le mécanisme de confiance dans la croissance et de crédit qui sous-tend aujourd'hui nos systèmes économiques et financiers a progressivement commencé à fonctionner, inversant la spirale du monde antique. Au cours des cinq cents dernières années, les gens ont commencé à regarder l'avenir avec des yeux différents, avec une plus grande confiance, et ont cessé d'appeler les actifs simplement "richesse" et ont commencé à les appeler plutôt "capital", ce qui n'est pas une petite différence quand on y pense. La relation entre la science et l'économie, depuis qu'elle est devenue consciente, s'est incroyablement intensifiée, à tel point que le sens de la seconde telle que nous la concevons aujourd'hui dépend de l'innovation et des nouvelles possibilités que la première génère. L'histoire courte et mouvementée du crédit a déjà atteint un point où les crises, dans les systèmes financiers complexes que nous avons construits, peuvent s'arrêter dans l'économie mondiale. Alors que nous planifions notre vie et faisons nos choix financiers aujourd'hui, nous nous posons peut-être des questions différentes de celles que nous avions auparavant, parce que nous avons formé d'autres croyances. Mais les vieux problèmes n'ont pas disparu, ils ont simplement évolué. Quoi qu'il en soit, nous pouvons rester confiants, la tarte doit juste pousser un peu plus et nous les résoudrons.

Assurance vie

Assurance vie

Nous entendons beaucoup parler des polices d'assurance vie, et comme si cela ne suffisait pas, nous sommes souvent presque obligés de les souscrire lorsque nous procédons à la demande de prêt hypothécaire. Dans ce dernier cas, l'objectif est de faire en sorte que la dette puisse être remboursée même en cas de décès du débiteur, évitant ainsi des procédures telles que la saisie de la maison et l'expulsion des personnes qui y vivent.
Qu'il s'agisse de la volonté de la personne ou de l'amélioration des garanties d'un prêt, les polices d'assurance vie peuvent être souscrites sur mesure et en fonction des besoins (ainsi que des ressources économiques) de l'assuré. Les aspects les plus importants des polices d'assurance vie sont abordés ci-dessous et les cas où il est utile de communiquer avec une agence d'assurance.

 Comment fonctionne l'assurance vie

Le mécanisme de l'assurance vie est simple à comprendre : les personnes intéressées à souscrire une police s'adressent à l'une des nombreuses compagnies qualifiées qui demandent conseil en la matière. La compagnie expliquera les produits offerts au client en lui donnant la possibilité de connaître les conditions générales du contrat d'assurance. Le client opte pour la police qui lui convient le mieux et la signe à l'agence : il devra désormais payer une prime périodique comme convenu dans le contrat. Le contrat d'assurance doit être établi par écrit[2] et une copie doit être remise au client.

Les parties suivantes sont les protagonistes du contrat d'assurance vie :

  • le preneur d'assurance, qui sera tenu de payer la prime périodique indiquée dans le contrat ;
  • la compagnie d'assurance, la compagnie qui assume le risque de payer la somme forfaitaire ou la rente à la suite d'un ou de plusieurs événements identifiés dans le contrat impliquant le titulaire de police ;
  • le ou les bénéficiaires, souvent représentés par des membres de la famille, des enfants seulement ou le conjoint. Ils bénéficieront de la somme forfaitaire ou de la rente convenue dans le contrat au moment de l'événement.

La somme forfaitaire ou la pension versée par l'assurance aux bénéficiaires sera majorée des intérêts produits par les primes mises en réserve. Pour plusieurs, la police d'assurance vie devient une véritable forme d'investissement ou d'épargne qui pourrait avoir des avantages pour l'avenir. Pour d'autres, cependant, elle peut même être trop coûteuse, justifiée par la nécessité de protéger les membres de la famille en cas d'événement désagréable.

 

 À quoi servent les polices d'assurance vie et comment fonctionnent-elles ?

Dire assurance vie est un peu générique, car il existe différentes solutions promues par différentes compagnies d'assurance. Les contrats peuvent différer, comme les polices d'assurance-vie en cas de décès et les polices d'assurance-vie en cas de décès. Synthétiquement :

    Les polices d'assurance vie en cas de décès sont souscrites par le preneur d'assurance pour protéger sa famille en cas de décès, ce qui peut entraîner des problèmes financiers pour le conjoint survivant et ses enfants. S'il mourait, sa femme (femme au foyer) ne serait pas en mesure de rembourser le prêt tout en garantissant un moyen de subsistance à ses enfants ;
    Les polices d'assurance vie ou 3ème pilier, en revanche, sont souscrites pour répondre à un objectif spécifique, à savoir compléter les ressources financières du preneur d'assurance ou du bénéficiaire. Supposons qu'au cours des 20 prochaines années, le mécanisme de pension sera modifié et que les prestations seront de plus en plus réduites pour le travailleur. Dans ce cas, avec la police d'assurance vie, il est possible de compléter la pension, mais aussi éventuellement les prestations reçues en cas de maladie ou en cas de chômage.

En plus des deux exemples classiques, les polices d'assurance vie sont présentées sous la forme d'une variété de produits, à souscrire dans certains cas. Une banque qui accorde un prêt demande au débiteur une série de garanties obligatoires pour assurer le remboursement de l'argent. Si l'emprunteur n'a pas d'autres garanties (par exemple, un conjoint ou un garant qui travaille), il peut être "contraint" de souscrire une police d'assurance-vie :

  • en cas de décès,
  • en cas de blessures qui pourraient le rendre inapte au travail.

La police d'assurance vie souscrite en même temps que l'hypothèque n'est pas obligatoire, mais peut s'avérer être une solution appropriée pour protéger les biens de la saisie. La possibilité de contracter un prêt hypothécaire est d'autant plus intéressante que vous pouvez choisir la compagnie d'assurance la plus pratique, sans avoir à souscrire la police à la banque où vous avez obtenu le prêt hypothécaire.

Comment fonctionne la police d'assurance vie ? Simplement, si un ou plusieurs des événements indiqués dans le contrat se produisent, la compagnie d'assurance sera obligée de payer la rente ou la somme forfaitaire, plus les intérêts courus.
Veuillez noter, cependant, que les compagnies d'assurance rédigent souvent des contrats tellement détaillés qu'ils comprennent une série de clauses et d'hypothèses strictes pour l'obtention de l'avantage. En termes simples, dans la plupart des cas, le décès doit être accidentel et non recherché par le preneur d'assurance, c'est-à-dire imprévisible, faute de quoi les prestations pourraient être annulées. Il y a même des clauses qui n'obligent pas la compagnie d'assurance à payer la prestation si le titulaire de la police est parti à la recherche du décès.

 

Assurance sur la vie

Assurance sur la vie

L'assurance vie : comment ça marche ? La souscription est-elle une bonne décision ? En matière d'assurance, d'assurance vie et de gestion d'actifs, les Italiens sont souvent un peu sceptiques, surtout en raison des coûts élevés de l'assurance vie.

Certaines personnes ont du mal à croire que la souscription d'une police d'assurance vie est une forme d'épargne et de sécurité pour l'avenir. L'exploitation d'une police d'assurance vie est assez simple, puisqu'il s'agit d'une véritable police d'assurance entre un particulier et une compagnie d'assurance. Dans ce cas, ce qui est couvert par l'assurance est la vie de l'assureur, tout comme dans le cas de l'assurance automobile dont la couverture est sur la voiture.

Comment souscrire une assurance vie et un 3ème pilier ?

Pour souscrire une assurance vie ou un 3ème pilier, vous n'avez pas besoin de payer de grosses primes, puisque vous pouvez même payer quelques centaines d'euros par an dans l'espoir de laisser un petit héritage à vos enfants ou à votre conjoint.

Dans ce qui suit, nous verrons comment fonctionne l'assurance vie, quels types d'assurance vie sont disponibles et dans quelles institutions il est possible de souscrire une assurance vie.

Assurance vie : comment fonctionne la police d'assurance vie ?

Tout d'abord, expliquons clairement le fonctionnement d'une police d'assurance-vie, afin que nous puissions nous attaquer à ce problème dès maintenant. Si vous souscrivez une police d'assurance vie, vous payez à une compagnie d'assurance une somme d'argent (la prime) qui varie en fonction du type de police. En contrepartie, la compagnie d'assurance s'engage à verser un montant prédéterminé de capital si le preneur d'assurance passe à une vie meilleure pendant la durée de validité du contrat.

De ce point de vue, c'est l'outil idéal pour ceux qui veulent se protéger d'un risque et laisser une tranquillité d'esprit économique à leurs proches.
Il s'agit du type de police d'assurance vie le plus courant, mais il existe d'autres types qui constituent, dans l'ensemble, la liste restreinte de choix en matière d'assurance vie.

Assurance vie : types

Il y a plusieurs formules à choisir avant de souscrire une police d'assurance vie. Il s'agit notamment de trois types différents, le plus souvent souscrits, à savoir :

  • assurance vie en cas de décès
  • assure la durée de vie de l'étui de vie
  • assurance vie mixte
Assurance vie en cas de décès

Parmi les plus connues dans l'industrie et chez les épargnants, l'assurance qui couvre le cas de décès est, en fait, la plus stipulée et prévoit le paiement du capital au décès du titulaire de la police en faveur des bénéficiaires inclus dans le contrat avec la compagnie d'assurance.
Parmi les options, nous identifions deux cas :

  • l'assurance vie en cas de décès dans lequel le preneur d'assurance décède alors que le contrat est encore ouvert et actif ;
  • l'assurance vie en cas de décès dans laquelle, en raison du caractère temporaire du contrat spécifique, le capital est versé aux bénéficiaires même si la police n'est pas en cours contre une période de paiement des primes d'assurance en faveur de la police vie contractée.

Cas d'assurance vie Cas d'assurance vie
Ce type de police couvre le "risque vie", c'est-à-dire la possibilité d'engager des dépenses importantes pour des soins de santé ou autres. Les primes versées, majorées des intérêts dus, sont livrées sous forme de rente, soit immédiatement, soit à partir d'une date dûment indiquée dans le contrat.

A bien des égards, ce type de pension s'apparente à une caisse de retraite qui, une fois l'âge de la retraite atteint, verse le capital et les intérêts sous la forme d'une rente viagère.

Assurance vie mixte
Comme son nom l'indique, il s'agit d'une police d'assurance vie à mi-chemin entre le décès et la vie, puisque la couverture d'assurance est fournie à la fois en cas de décès de l'assuré et à partir d'une date précise avec l'assuré qui est en fait toujours vivant. Tout ceci est toujours au bénéfice du ou des bénéficiaires énumérés dans le contrat conclu.

Toutefois, avant d'acheter ces polices, il est recommandé de porter une attention particulière aux clauses des contrats, car il y en a plusieurs qui exemptent les entreprises du paiement de l'indemnité.

Aufilducredit.com : comparateur de crédit en ligne

Aufilducredit.com : comparateur de crédit en ligne

Financer ses projets

Les projets font partie de la vie et chacun s’attacher à les réaliser suivant ses volontés et ses besoins mais il y a souvent une nécessité de faire appel à un crédit et il faut trouver à la fois le bon crédit aux meilleures conditions. Les constats réguliers de la Banque de France font état systématiquement d’une mauvaise utilisation des crédits, c’est-à-dire que les emprunteurs ont recours à des emprunts pour financer leurs projets mais ces emprunts n’étaient pas les meilleures solutions de financement. A titre d’exemple, le financement de travaux peut se faire par le biais d’un crédit travaux or, il existe 4 types de prêts travaux : le prêt consommation personnel (somme libre), le prêt consommation affecté (sur présentation d’un devis), le crédit immobilier (si le montant est supérieur à 75000 euros) et le rachat de crédit (s’il y a déjà des crédits en cours). Ces informations sont vitales pour la bonne santé du foyer et surtout pour financer ses projets de la meilleure façon que ce soit.

Simuler son crédit en ligne

Que ce soit pour un besoin de crédit auto, de prêt immobilier ou de rachat de crédit, Aufilducredit.com propose un simulateur pour chaque type de projet avec la possibilité d’obtenir les meilleures offres du marché et de pouvoir comparer les conditions proposées. La simulation de crédit est entièrement gratuite et sans engagement, elle consiste tout simplement à remplir un formulaire en précisant ses informations financières, ce qui permet de mieux cibler les offres et les établissements financiers pouvant proposer leurs solutions. Aufilducredit.com propose notamment au travers de son site internet des explications sur chaque solution de financement, avec des conseils avisés sur la gestion des finances et le recours au prêt adapté. Ce site est compatible pour les terminaux de lectures mobiles comme les smartphones et les tablettes.